Files devant le Petit-Château: des centaines de personnes exposées à la canicule

Photo d’illustration - Petit-Château.
Photo d’illustration - Petit-Château. - Photo News

Rien n’a été prévu par Fedasil, l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile, pour la prise en charge des besoins primaires des personnes qui attendent parfois des jours et des nuits devant leurs portes, accuse encore Médecins du Monde. Ni accès à l’eau (une fontaine installée fin juillet a fonctionné plusieurs jours et a été retirée, précise MdM), ni repas chauds, ni douches, ni toilettes décentes. Seuls deux urinoirs publics se trouvent un pâté de maison plus loin. Il n’y a pas d’installations sanitaires accessibles aux femmes ou aux enfants, selon l’ONG.

La santé physique et mentale des personnes qui demandent une protection internationale est affectée par le manque chronique de place d’hébergement et d’accueil, affirme Médecins du Monde.

« Le manque d’hygiène et d’accès à des sanitaires et à des douches, l’impossibilité de faire une lessive, nous empêche par exemple de traiter efficacement des problèmes dermatologiques comme la gale. Nous avons constaté plusieurs cas lors de notre dernière visite de terrain », explique Maïté Montuir, responsable des projets équipes mobiles à Bruxelles.

Les personnes sont orientées vers le Hub humanitaire qui dispose d’un centre de jour, de sanitaires, distribue des repas chauds et offres des services spécialisés. Mais les capacités du Hub ne sont pas illimitées, rappelle Médecins du Monde qui demande que des mesures soient prises rapidement afin de répondre aux besoins essentiels de ces personnes.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES