Propos de Johnson sur Poutine: Moscou convoque l’ambassadrice britannique

Propos de Johnson sur Poutine: Moscou convoque l’ambassadrice britannique
ISOPIX

La Russie a protesté «fermement» auprès de Deborah Bronnert contre «les propos ouvertement grossiers des autorités britanniques à l’égard de la Russie, de son dirigeant, de ses responsables, ainsi que du peuple russe», précise-t-elle dans un communiqué.

«Dans une société polie, il est de coutume de s’excuser pour des propos de ce genre», a souligné la diplomatie russe, en dénonçant une «rhétorique insultante inacceptable».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré mardi soir à la chaîne de télévision allemande ZDF que Vladimir Poutine n’aurait pas déclenché l’offensive en Ukraine s’il avait été une femme. Il a ensuite dénoncé cette opération militaire russe comme «un exemple parfait de toxicité masculine», en clôture du sommet du G7 en Allemagne.

Pour sa part, Ben Wallace, ministre britannique de la Défense, a déclaré mercredi soir à LBC Radio que «la vision que le président Poutine a de lui-même et du monde est un syndrome du petit homme, une vision macho».

M. Wallace s’est également emporté contre la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, en l’accusant de «menacer tout le monde avec des armes nucléaires» chaque semaine.

En convoquant l’ambassadrice britannique, le ministère russe des Affaires étrangères a également souligné qu’il était «inacceptable» pour les responsables britanniques de «faire la propagande des informations délibérément fausses, notamment sur les menaces présumées de la partie russe de +recourir aux armes nucléaires+», selon le communiqué de la diplomatie russe.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde