Asile et migration: «Les gens ne paient pas des impôts pour payer des astreintes»

Asile et migration: «Les gens ne paient pas des impôts pour payer des astreintes»
Belga

« Les gens ne paient pas des impôts pour les voir disparaître sous forme d’astreintes », a-t-elle déclaré jeudi dans sa première réponse en séance plénière de la Chambre.

Pour son baptême du feu dans l’hémicycle, la secrétaire d’État a dû répondre à sept questions, tant de l’opposition que de la majorité, sur la crise de l’accueil. Depuis plusieurs mois, tous les demandeurs d’asile ne peuvent pas compter sur une place d’accueil. Le sujet sera à l’ordre du jour du kern convoqué à 19h30.

« À court terme, il y a un besoin de capacité d’accueil supplémentaire », a déclaré Nicole de Moor, qui a succédé à Sammy Mahdi au poste en début de semaine. Fedasil poursuivra les efforts de ces derniers mois, mais elle ne peut pas faire le travail seule. « C’est pourquoi je préconise une structure d’hébergement d’urgence pour laquelle nous devons nous unir pour créer les lits nécessaires à court terme. Si c’est possible aux Pays-Bas, en Allemagne et même en Pologne, pourquoi ne pas le faire ici ? »

Comme son prédécesseur, Nicole de Moor a souligné que le système d’accueil est en partie sous pression en raison du nombre élevé de demandeurs d’asile qui ont déjà demandé et parfois obtenu l’asile dans un autre pays européen.

Elle a promis de renforcer les campagnes de prévention, en mettant l’accent sur les pays de transit et les autres pays européens. Des mesures seront également prises pour travailler au retour de manière plus efficace. Maintenant que la crise covid est presque terminée, ce devrait être à nouveau plus facile. « Les règles sont là, elles sont claires et doivent être respectées », a-t-elle déclaré.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique