La réforme des pensions anime les débats à la Chambre avant le kern

La réforme des pensions anime les débats à la Chambre avant le kern
Belga

Le cabinet restreint (kern) du gouvernement fédéral se réunira ce jeudi soir à 19h30. Avant la réforme des pensions avec la ministre Karine Lalieux (PS), la question de l’accueil des réfugiés sera abordée avec la nouvelle secrétaire d’État Nicole de Moor (CD&V).

La secrétaire d’État au Budget Eva De Bleeker (Open Vld) participera également à la discussion, a-t-on appris à bonne source. La réunion ne sera pas décisive et, en fonction de l’avancée des travaux, un nouveau kern pourrait être convoqué samedi, ajoute-t-on dans les cercles gouvernementaux.

La question des pensions a suscité un vif débat dans l’après-midi à la Chambre, singulièrement entre socialistes et libéraux. Karine Lalieux s’est retrouvée sous un feu nourri de questions, en écho à l’offensive lancée par Mme De Bleeker le matin même dans la presse. « C’est de l’intérieur du gouvernement que les scuds partent », a observé Catherine Fonck (Les Engagés, opposition).

Dans Le Soir et De Standaard, la secrétaire d’État au Budget rappelait la nécessité de procéder à la réforme des pensions. Elle affirmait, dans les grandes lignes, que si le PS ne s’activait pas pour une véritable réforme des pensions, c’est tout le plan de relance de la Belgique qui sera menacé. « Tout le monde veut des retraites décentes, mais la principale question est de savoir comment financer cela », a renchéri à la Chambre le président des libéraux flamands Egbert Lachaert, dans une intervention applaudie par le MR, mais aussi la N-VA. « Et nous le ferons en motivant les gens à se lancer et à contribuer à notre sécurité sociale. »

Côté socialiste, c’est Jean-Marc Delizée qui a défendu Karine Lalieux, évoquant une réforme « juste, sociale et féministe ». Il a aussi assuré que les montants minimums seraient indexés et mécaniquement augmentés jusqu’à 1.700 euros en 2024. « Je lis et j’entends des choses sidérantes. C’est le grand bal des hypocrites. Qui fait trainer les discussions ? », s’est demandé le député.

Dans sa réponse, Karine Lalieux a dit vouloir « garder un climat serein autour de la table » et rappelé que les discussions porteront sur la création d’un bonus pension, la pension à temps partiel, la diminution des inégalités hommes-femmes et le travail effectif. « Les mesures sont attendues pour le 21 juillet. Je vais vous demander un peu patience. Et il faut raison garder, la Belgique a le temps pour réagir aux exigences européennes. » Et d’ajouter : « les pensions ne sont pas une variable budgétaire. Mais, évitons les caricatures, je suis tout autant soucieuse des impératifs budgétaires. Le kern a décidé de demander aux partenaires sociaux de travailler sur la question de la durabilité financière. » Les résultats de ce travail sont attendus pour la fin de l’année.

Le MR ne s’est pas exprimé en séance sur les pensions et a choisi d’interroger le ministre de l’Économie Pierre-Yves Dermagne. « La secrétaire d’État (De Bleeker) vous met en garde et elle a raison », a lancé Christophe Bombled. « On sera là pour vous aider, mais, en ce moment, il faut des décisions ! »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Belgique