Seulement cinq psychologues prévus dans l’ouest du Brabant wallon

«Nous sommes en retard dans la réforme des soins de première ligne en Wallonie», déclare Laurent Heyvaert (Ecolo).
«Nous sommes en retard dans la réforme des soins de première ligne en Wallonie», déclare Laurent Heyvaert (Ecolo). - Ecolo

Juste avant Noël 2021, l’Inami, le SPF Santé et 32 centres de santé mentale ont signé une nouvelle convention. Le grand objectif de cette réforme est de prendre en considération les besoins locaux pour spécifiquement pouvoir toucher les publics les plus fragiles. Le budget du secteur a quadruplé, passant de 39 à 152 millions d’euros.

La réforme prévoit une accessibilité renforcée des soins, mais aussi une meilleure prise en charge des frais. Une consultation psychologique individuelle reviendra à 11 euros, et à seulement 4 euros pour les bénéficiaires de l’intervention majorée. Dans ce cadre chaque réseau devait également signer des conventions avec des psychologues de première ligne.

Une région dépourvue

Le réseau 107 du Brabant wallon a donc essayé de trouver des psychologues de première ligne pour répondre aux besoins des citoyens. Malheureusement, compte tenu de la répartition des psychologues conventionnés en Brabant wallon, l’ouest de la province se trouve face à des difficultés. En effet, sur les 90 psychologues, seuls 5 sont prévus pour tout l’ouest du Brabant wallon.

Or, la réforme devait tenir compte des besoins locaux pour spécifiquement toucher les publics les plus fragiles. Avec un indice socio-économique plus faible en Brabant wallon, l’ouest aurait pu prétendre à plus de psychologues.

« On le voit, le Fédéral met des moyens supplémentaires, mais en lien avec l’organisation territoriale des soins », souligne Laurent Heyvaert (Ecolo), député wallon. « Nous sommes en retard dans la réforme des soins de première ligne en Wallonie. Si nous prenons les critères de l’OMS, le Brabant wallon pourrait être divisé en 4 zones de soins de premières lignes. Pour faire correspondre au mieux les soins aux besoins des citoyens. Si nous n’avons pas d’approche territoriale, ce sont les territoires les plus en difficultés qui recevront le moins d’offres de soins. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région wallonneprovince du Brabant wallon

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW