Guerre en Ukraine: l’Italie a réduit sa dépendance au gaz russe à 25%

Guerre en Ukraine: l’Italie a réduit sa dépendance au gaz russe à 25%
Belga Image

« Les mesures mises en place par le gouvernement depuis le début de la guerre commencent à porter leurs fruits. D’autres fournisseurs de gaz commencent à remplacer le gaz russe », a précisé M. Draghi devant la presse italienne à Bruxelles, à l’issue du sommet européen.

Pour réduire sa dépendance à la Russie, l’Italie a signé en avril un important accord avec l’Algérie sur des fournitures accrues de gaz. Des discussions ont été menées aussi avec le Qatar, l’Angola, le Congo et le Mozambique.

En outre, « nous nous préparons pour l’hiver bien sûr » et « le stockage se passe très bien », a assuré M. Draghi. Les mesures prévues par l’Italie « garantissent qu’il n’y aura pas de crise » de gaz « pendant l’hiver ».

Selon le ministre de la Transition écologique Roberto Cingolani, les stocks italiens sont actuellement à 55 % et devraient atteindre 90 % d’ici la fin de l’année. « Nous sommes presque hors de danger », a-t-il déclaré vendredi dans un entretien avec le quotidien La Stampa.

Cette position tranche avec l’inquiétude manifestée par l’Allemagne, autre pays très dépendant du gaz russe.

L’Allemagne risque une pénurie de gaz et devra faire des « choix de société très difficiles » pour les ménages et les entreprises si les livraisons russes diminuent encore, a prévenu vendredi le ministre de l’Economie Robert Habeck.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde