Gand-Wevelgem: Wout van Aert est le grand favori à sa propre succession

Belga
Belga

Une semaine. C’est ce qui sépare les coureurs du deuxième monument de la saison, le Tour des Flandres. Mais avant de batailler sur les pavés du Ronde, le peloton se donne rendez-vous ce dimanche à Ypres pour disputer la classique World Tour, Gand-Wevelgem. Au programme, plus de 248 kilomètres à travers la Flandre Occidentale. Entre plaines, monts et pavés, les difficultés seront présentes, le spectacle aussi. Si la météo joue généralement un rôle majeur, ça ne sera pas le cas cette année. Un grand soleil et de faibles rafales de vent attendent les coureurs aujourd’hui, une bonne nouvelle pour les moins adroits du peloton. Mais dans ces conditions, à quels scénarios s’attendre ?

Classique des sprinters, mais…

Si de grands noms comme Mario Cipollini et Sean Kelly se sont imposés par le passé, lui valant le surnom de « classique des sprinters », les dernières éditions de Gand-Wevelgem se sont rarement achevées sur un sprint massif. Une arrivée à 7 l’année dernière, ils n’étaient que 9 en 2020. Malgré une tendance à l’offensive, ses faibles secteurs pavés et son nombre limité de monts à escalader (9), fait d’elle une classique accessible à bon nombre de coureurs. Si le tenant du titre, notre compatriote Wout van Aert, fait partie des grands favoris, la concurrence sera rude entre spécialistes des Flandres et purs sprinters.

Kasper Asgreen, Matej Mohoric, Anthony Turgis ou encore Mads Pedersen sont également des prétendants sérieux à la victoire. Au niveau des sprinters, nous pouvons compter sur Tim Merlier très en forme en ce moment. Le coureur d’Alpecin-Fenix s’est déjà imposé à trois reprises cette saison dont à Bruges-La Panne en milieu de semaine. La formation de Patrick Lefevere quant à elle, a décidé d’aligner le meilleur sprinter du monde, Fabio Jakobsen. Intraitable dans une arrivée groupée, le cycliste néerlandais a montré ses limites lorsque la route s’élève, il a été lâché dès la Cipressa à Milan-Sanremo il y a une semaine. Le moment décisif de la course interviendra certainement dans la dernière ascension répertoriée du jour, le Kemmelberg. Gravi par le versant ossuaire, c’est un mont long de 600 mètres à 10,9 % de moyenne, présentant des passages supérieurs à 20 %, de quoi durcir la course et éliminer ses adversaires. Au sommet, il restera 25 kilomètres à parcourir jusqu’à la ligne d’arrivée.

Van Aert sur les traces de Tom Boonen ?

En cas de succès ce dimanche, le champion de Belgique réaliserait un doublé historique. En effet, seuls sept coureurs avant lui ont réussi à conserver leur titre pour s’imposer deux années d’affilée du côté de Wevelgem. Le dernier à avoir réalisé cet exploit se nomme Tom Boonen, il y a tout juste 10 ans. Cette année-là, Boonen avait marché sur la campagne des classiques, en réalisant un quadruplé exceptionnel (Grand Prix E3, Gand-Wevelgem, Tour des Flandres et Paris Roubaix). Avec son succès ce vendredi au GP E3, van Aert sait ce qui lui reste à faire pour imiter son idole, faire le doublé à Gand-Wevelgem, avant d’aller chercher un deuxième monument, lui qui s’était déjà imposé en août 2020 sur Milan-Sanremo.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Cyclisme