Molenberghs: «Nous sommes entre 200.000 et 300.000 nouvelles infections par jour»

Molenberghs: «Nous sommes entre 200.000 et 300.000 nouvelles infections par jour»
Photo News

Entre le 20 et le 26 janvier, il y a eu en moyenne 336 patients admis à l’hôpital et positifs au Covid-19, soit une augmentation de 44 % par rapport à la période de référence précédente. Au total, 3.583 personnes positives au Sars-Cov 2 séjournent actuellement à l’hôpital (+39 %), dont 352 patients traités en soins intensifs (-9 %), indique jeudi Sciensano, l’Institut de Santé publique.

En dépit de ce recul qui se poursuit dans les admissions aux soins intensifs, la moyenne d’infections quotidiennes a franchi le cap des 50.000. Entre le 17 et le 23 janvier, 50.110 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, soit une augmentation de 77 % par rapport à la semaine précédente. Près de 98,2 % des cas sont attribués au variant Omicron.

Mais qu’en est-il réellement ? Nos confrères de HLN ont posé la question à Geert Molenberghs. Pour le biostatisticien, les nouvelles infections sont nettement plus élevées que celles annoncées par Sciensano.

« La semaine dernière, nous avons effectué plusieurs jours de 140.000 tests et c’est plus ou moins le maximum que nous pouvons gérer. Nous en sommes déjà à environ 75.000 nouveaux cas lundi dernier. C’est énorme si vous ne pouvez faire que 140.000 tests. Le taux de positivité est également très élevé. Cela signifie qu’en plus des infections confirmées, il existe encore une multitude d’infections non confirmées », explique-t-il.

Geert Molenberghs ajoute qu’avec 75.000 nouvelles contaminations confirmées par jour, il faut multiplier ce nombre jusqu’à quatre fois pour avoir le nombre réel de cas quotidiens. Le résultat serait donc d’une moyenne de 300.000 infections par jour.

L’expert soupçonne néanmoins que nous nous approchons d’un pic : « La semaine dernière, les chiffres étaient probablement d’environ 200.000 infections par jour, maintenant ils vont jusqu’à 300.000 par jour. Cela signifie que dans une semaine ou deux, une grande partie de la population aura effectivement eu une infection. Et c’est vrai que cela va s’arrêter à un moment donné ».

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique