Les compagnies aériennes optimistes malgré une année 2021 encore compliquée

Les compagnies aériennes optimistes malgré une année 2021 encore compliquée
Belga

Mesuré en passagers-kilomètres payants (RPK), unité de référence du secteur, le trafic aérien mondial a atteint en 2021 41,6% du niveau de 2019, dernière année avant la pandémie, a précisé l’Association du transport aérien international (Iata) dans un communiqué.

Il s’agit d’une petite amélioration par rapport aux 34,2% de 2020, quand le Covid-19 et les restrictions de déplacement des personnes avaient provoqué un coup de frein brutal pour le secteur.

Les fermetures de frontières, sur fond de vagues Delta et Omicron, se sont poursuivies pendant toute ou partie de l’année 2021, en particulier en Asie et en Amérique du Nord, et ce sont logiquement les liaisons internationales qui en ont le plus pâti, ne représentant que 24,5% des RPK de 2019.

Un fort contraste avec les liaisons aériennes intérieures: celles-ci ont retrouvé l’année dernière 71,8% du volume de 2019, selon l’Iata.

Globalement, l’Iata, qui fédère quelque 290 compagnies totalisant 83% du trafic mondial, a jugé que l’année 2021 avait vu «la demande se renforcer» pour les voyages aériens.

«Cette tendance s’est poursuivie en décembre», a affirmé le directeur général de l’organisation, Willie Walsh, cité dans le communiqué.

S’exprimant ensuite «à titre personnel» lors d’une visioconférence de presse, il s’est dit «optimiste» pour 2022 vu la hausse tendancielle de la demande de voyages et l’impact d’Omicron plus faible que redouté.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde