Jusqu’à deux ans de prison ferme pour un trafic de stupéfiants à la prison d’Andenne

Le trafic a eu lieu à l’intérieur de la prison d’Andenne entre 2017 et 2019.
Le trafic a eu lieu à l’intérieur de la prison d’Andenne entre 2017 et 2019. - V.L.

Sept personnes ont été condamnées à des degrés divers, ce vendredi par le tribunal correctionnel de Namur, pour leur implication dans un trafic de stupéfiants qui a eu lieu à l’intérieur de la prison d’Andenne entre 2017 et 2019. Quatre personnes ont été acquittées.

Une peine de deux ans de prison ferme, deux condamnations de deux ans avec sursis – dont une avec sursis probatoire – et une peine de neuf mois de prison ont été prononcées. Un quatrième prévenu a écopé d’une peine de travail de 120 heures. Enfin, deux suspensions probatoires ont été accordées.

Des gardiens ont consommé de la drogue

Le trafic d’héroïne, de cannabis et de cocaïne avait été dénoncé à la police au départ de la prison d’Andenne. De l’enquête menée, il ressort que l’une des gardiennes de la prison était en couple avec un détenu. Celui-ci tirait les ficelles de ce trafic. Il demandait à sa compagne de se procurer de la drogue, mais aussi des GSM et des cartes SIM et de les faire entrer à l’intérieur de la prison par l’intermédiaire d’autres gardiens qui dissimulaient la drogue dans des paquets de cigarettes, mais aussi via des personnes en visite à la prison.

Plusieurs gardiens auraient par ailleurs consommé de la drogue dans l’enceinte de la prison, parfois en compagnie de détenus.

Lors des différentes audiences, les conseils des prévenus réfutaient tous l’existence d’une association de malfaiteurs dans le cadre de ce trafic de drogue.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)Andenne (prov. de Namur)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Province de Namur