À Namur, des amandes avant les amendes pour mauvais stationnement

L’échevine veut endiguer ce phénomène.
L’échevine veut endiguer ce phénomène. - NL/D.R.

À Namur, les agents de terrain constatent trop souvent des stationnements interdits sur les places PMR ou sur les arrêts de bus. Face à ce constat, le TEC, la Ville et la police de Namur ont choisi l’humour pour sensibiliser les automobilistes à ces mauvais comportements. « Amandes, amendes » est la nouvelle campagne de sensibilisation lancée afin de tendre au respect de ces emplacements.

La campagne se tiendra jusqu’au 3 décembre.
La campagne se tiendra jusqu’au 3 décembre. - Ville de Namur

Cette campagne sera menée en deux temps : d’abord la prévention, ensuite la répression. Nicolas Buysse, célèbre comédien namurois, joue les shérifs dans quatre clips vidéos. Il y distribue des amandes, le fruit sec, cette fois, aux inciviques. Avec des slogans tels que « Ceci n’est pas (encore) une amende » ou « La prochaine fois, elle sera salée », le message est clair.

Une action le 3/12

Le 3 décembre prochain, à l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées, une action de terrain sera menée. « Des équipes mixtes composées d’agents de police, d’agents de stationnement, de gardiens de la paix et d’agents du TEC seront présentes. Elles feront de la prévention, de l’information auprès des automobilistes qui ne respectent pas ces endroits. Elles remettront ce fruit sec aux automobilistes fautifs », prévient Stéphanie Scailquin, échevine de la Mobilité et du Stationnement à Namur.

Le stationnement sur un arrêt de bus est passible d’une amende de 58€.
Le stationnement sur un arrêt de bus est passible d’une amende de 58€. - V.L.

La Ville de Namur est labellisée « handicity » et compte renforcer cette étiquette pour l’inclusion par cette action. « Ces différentes infrastructures ont une raison d’être pour celles et ceux qui l’utilisent. Il en va de la sécurité de tous », insiste l’échevine.

L’échevine Stéphanie Scailquin.
L’échevine Stéphanie Scailquin. - D.R.

Du côté de la police de Namur, on comptabilisait 11 infractions sur des emplacements bus en 2019, et 112 sur des places PMR. « Ce genre d’infractions est relativement peu traité par la police, ce sont plutôt nos agents du TEC qui les signalent. Je peux dire qu’il y en a plus de 1.000 sur une année à Namur », précise Simon Collet, directeur opérationnel d’exploitation du TEC Namur.

Une amende du deuxième degré, 116€.
Une amende du deuxième degré, 116€. - NL

Après cette journée de sensibilisation, les agents de police et du TEC passeront à la répression. « Nous serons encore plus attentifs à ce genre d’infractions », confirme Anne-Françoise Hene, commissaire à la police locale de Namur. Rappelons que se garer sur un arrêt de bus est une infraction du 1er degré et équivaut à une amende de 58 €. Un stationnement sur une place PMR sans carte l’autorisant relève d’une infraction du 2e degré et peut coûter 116 €. L’amende, pour le coup, est salée.

COLLEEN TORDEUR

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en PROVINCE DE NAMUR