Coronavirus: l’événementiel s’inquiète de la position concurrentielle en Belgique

Coronavirus: l’événementiel s’inquiète de la position concurrentielle en Belgique
Belga

Le secteur de l’événementiel comprend la nécessité d’une application plus large du Covid Safe Ticket (CST), mais reste préoccupé par la position concurrentielle des sociétés d’événementiels en Belgique par rapport aux autres pays, a indiqué mardi soir l’Event Confederation, qui regroupe les acteurs du secteur, suite aux décisions du comité de concertation prises plus tôt dans la journée.

Le comité a décidé d’étendre le Covid Safe Ticket. Celui-ci sera désormais obligatoire pour les événements réunissant 200 personnes ou plus à l’intérieur et 400 personnes ou plus à l’extérieur. Il sera possible de s’en passer moyennant l’obligation du port d’un masque buccal.

« Il est de la plus haute importance que les événements, concerts, spectacles, foires, etc. puissent se poursuivre dans un environnement sûr. À cet effet, le CST est un bon outil », explique l’Event confederation. « Nous restons toutefois préoccupés par la position concurrentielle de nos entreprises en raison des différences avec les pays voisins où de telles mesures ne s’appliquent plus. En raison des messages négatifs de ces derniers jours, nous constatons une baisse des ventes de billets, une augmentation des défections et, malheureusement, l’annulation d’événements et de tournées de concerts. Cette extension avec un seuil plus bas pourra, espérons-le, rétablir la confiance des consommateurs».

L’Event Confederation se dit en revanche satisfaite du choix de garder une uniformisation des mesures par région et d’éviter ainsi un patchwork de mesures communales qui auraient été un vrai problème pour l’organisation d’événements.

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique