Coronavirus: «Aucune base scientifique pour justifier une 3e dose pour tous»

Coronavirus: «Aucune base scientifique pour justifier une 3e dose pour tous»
AFP

Avant que la Flandre puisse appliquer concrètement cette décision, elle doit attendre l’avis du Conseil supérieur de la santé.

Dans une réaction, Dirk Ramaekers déclare que le groupe de travail sur la vaccination, tout comme le Conseil supérieur de la santé avec lequel il existe une coopération intensive, travaille de la manière la plus scientifique possible. « Nous surveillons la situation dans le monde, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni, car ils ont deux mois d’avance sur nous (la campagne de vaccination y a commencé plus tôt, ndlr). Depuis l’été, nous prenons également en compte le fait que la population en général pourrait potentiellement recevoir une troisième injection, mais sur la base d’arguments scientifiques. Je voudrais donc savoir sur quelle justification scientifique s’appuie le gouvernement flamand pour annoncer déjà cette troisième injection », poursuit-il.

De plus, M. Ramaekers met en exergue un élément éthique. « La priorité absolue est maintenant de donner des vaccins aux pays où les opérations de vaccination sont moins avancées. Nous avons déjà donné environ trois millions de doses à COVAX et il y en aura plus. »

Enfin, il souligne que l’administration d’une troisième dose n’est pas une solution ad hoc pour arrêter la courbe ascendante de la pandémie en Flandre. « Pourquoi ne pas envisager des mesures simples qui ont déjà fait leurs preuves, comme le masque buccal et le Covid Safe Ticket » ?

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région flamande
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique