3 ans de prison pour un Stembertois dealer de cocaïne

Il vendait en présence de ses enfants.
Il vendait en présence de ses enfants. - Prétexte D.R.

En 2018, la police reçoit une information comme quoi un Marocain se livrait à la vente de cocaïne, notamment place du Marché et dans les alentours de la place des Victoires. Avec ce détail intéressant : il vendait la drogue 35 euros le gramme à des compatriotes, mais 50 euros à des Européens.

L’homme, Mourad Edrissi (29 ans) de Stembert, est évidemment mis sous surveillance, ce qui permet à la police de constater des échanges suspects avec des toxicomanes bien connus, qu’il n’hésitait pas à réaliser en présence de ses deux enfants de 2 et 4 ans. Et aussi qu’il n’était pas seul à opérer dans ce trafic, qu’il était secondé par ses deux frères Nabil (25 ans) et Soufrane (21 ans), ainsi qu’un Algérien de 37 ans, Hachemi Benaichouche (de Verviers) et un Marocain de Dison, Abdelkarim Balaazani.

L’analyse de sa téléphonie par la suite, et les écoutes, permettent d’établir une activité importante et de nombreux contacts avec des consommateurs de cocaïne et des individus connus dans le domaine des stups. Ce qui ne l’empêche pas de nier toute implication dans la vente de drogue. Et même la découverte de 5 GSM et surtout une somme de 9.000 euros cachés dans une chaussette sous l’évier de la salle de bain, ce qui est beaucoup pour un homme sans revenu connu. Il prétendra qu’il ne connaissait pas la présence de cet argent, que quelqu’un d’autre l’avait caché là à son insu. Il évoquait même une cabale contre lui.

Devant les preuves avancées par la police, il finira par admettre qu’il lui était arrivé de vendre en de petites quantités, et seul. Ce qui ne l’a pas empêché de comparaître devant le tribunal correctionnel, détenu, pour vente de drogue et association de malfaiteurs, ainsi que ses quatre autres comparses. Où il écope d’une peine pas très lourde, deux ans ferme plus un an avec sursis. Et bien sûr à la confiscation des 9.000 euros trouvés chez lui, plus 1270 euros découverts dans sa voiture. Les autres sont condamnés à des peines allant de 10 mois à 2 ans de prison, avec des sursis partiels.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers