FIH Hockey Star Awards: l’Inde veut des excuses de la fédération belge

FIH Hockey Star Awards: l’Inde veut des excuses de la fédération belge
Belga

La fédération indienne de hockey (HI) a demandé à l’instance internationale (FIH) qu’elle sollicite l’Association Royale Belge de Hockey (ARBH) afin que cette dernière s’excuse publiquement à la suite des critiques émises par le hockey belge sur la remise des prix, début octobre, des FIH Hockey Star Awards, soit l’élection des meilleurs joueurs, gardiens et coachs de l’année.

La lettre adressée au CEO de la FIH, Thierry Weill, par le président de la fédération indienne Gyanendro Ningombam, censée demeurer confidentielle, est arrivée à la connaissance de plusieurs journalistes indiens. Ceux-ci ont relaté jeudi dans leurs journaux l’indignation du dirigeant asiatique « devant des commentaires désobligeants pour les athlètes et coachs indiens », allant même jusqu’à accuser la Belgique de « discrimination raciale ».

La semaine dernière, l’ARBH s’était montrée déçue de la tournure finale de ces trophées, où tous les prix – 8 différents – étaient tous revenus à l’Inde. La Belgique, médaillée d’or olympique et vainqueur de la Pro League chez les messieurs, comme les Pays-Bas chez les dames, était sortie bredouilles. Sur les médias sociaux, la fédération belge comme plusieurs Red Lions ont posté des messages critiques sur ces élections. « Ce n’est pas normal ! La crédibilité et l’image de notre sport connaissent à nouveau un coup dur », pouvait-on lire sur le compte Twitter officiel des champions olympiques.

Même en Inde, le système mis sur pied par la FIH pour désigner les lauréats divise l’opinion publique. Certains se demandent s’il n’y a pas un amalgame fait avec l’élection du président de la FIH, Narinder Batra, pour deux voix devant Marc Coudron et ce qui se serait passé si le dirigeant belge avait pris la direction de la FIH, étant donné que le système de vote était déjà mis en place. Les mêmes regrettent que les réactions et les critiques tombent après l’élection et non avant, argumentant que lorsque la Belgique avait raflé tous les prix en 2018, elle n’était « que » médaillée d’argent et n’avait encore gagné aucun grand tournoi. D’autres s’indignent de la réaction de la fédération indienne et rejettent les critiques sur la FIH et la fédération européenne (EHF) qui n’a pas su rallier la plupart de ses nations membres derrière leurs nominés (seulement 19 associations européennes sur 42 ont voté).

Quoi qu’il en soit, Gyanendro Ningombam exige des excuses publiques de l’ARBH pour « ses propos humiliants ». « Dans le cas contraire, HI s’adressera à un ’panel de gouvernance’ de la FIH pour mener une enquête approfondie sur des cas éventuels de discrimination raciale envers ses athlètes et entraîneurs », révèle la lettre adressée à la FIH.

De son côté, questionnée vendredi par l’Agence BELGA, l’ARBH a souhaité ne pas réagir.

Aussi en Hockey