Faiseurs de rêves: un café Cousette qui mixe migrants et citoyens à Gembloux

Ces moments d’apprentissage permettent d’échanger et de partager une passion commune.
Ces moments d’apprentissage permettent d’échanger et de partager une passion commune. - D.R.

Le projet de café Cousette est né avant tout d’une demande des bénéficiaires de deux structures gembloutoises : le Service Entraide Migrants et la Régie des Couteliers ASBL. Le Service Entraide Migrants a pour but de favoriser l’intégration sociale, professionnelle et culturelle, de lutter contre la solitude et la discrimination des personnes étrangères et d’origine étrangère établies dans l’entité de Gembloux. Quant à la Régie des Couteliers de Gembloux, via son ou ses services ‘'activités citoyennes, elle dispense une formation de base dans la rénovation des bâtiments et l’entretien d’espaces verts aux stagiaires et les amène, dans le cadre du Dispositif Intégré d'Insertion, à définir un projet professionnel.

Le partenariat entre ces deux associations gembloutoises est nouveau. Il consiste à mixer les publics constitués de personnes d’origine étrangère et de personnes en marge du marché de l’emploi. Ces publics présentent des caractéristiques communes dont la difficulté à s’insérer dans la société, les peines à créer un réseau... La demande d’apprendre les rudiments de la couture est apparue récemment dans les deux groupements. Le projet a donc pour objectif de leur apprendre la couture avec un angle d’attaque tourné vers l’alternatif : un atelier couture zéro déchet à partir de tissus de récupération, appelé café Cousette.

Décloisonner

« Nous avons déjà organisé des séances mais nous avons besoin d’un budget pour rendre cela plus régulier : pour la révision des machines, l’achat de matériel, la mercerie… », explique Elisabeth Hiquet, animatrice et chargée de projet au Service Entraide Migrants. « On a vraiment envie de décloisonner et de créer du lien, sans les étiquettes », ajoute Alix Francart, de la Régie des Couteliers.

« Ces moments d’apprentissage auront pour objectifs complémentaires, de permettre à ces publics qui ne se croisent habituellement pas, de se côtoyer, d’échanger et partager une passion commune. Nous croyons donc que ce programme, en plus de permettre l’acquisition de compétences nouvelles, sera l’occasion de créer des relations amicales durables de partage et d’entraide. Cette activité couture est le prétexte à l’acquisition de compétences techniques liées à l’activité mais aussi, elle vise l’autonomie, le renforcement de la confiance en soi, l’ouverture vers l’autre et l’échange entre les citoyens. Le projet pourra intégrer un troisième type de public : les citoyens », conclut Elisabeth.

Les prochains cafés Cousette auront lieu le 29 octobre, le 26 novembre et le 17 décembre.

L’avis de Benoît Dispa, bourgmestre de Gembloux

« La pandémie a renforcé la solidarité et la mise en commun. Des ateliers couture, c’est bien pour promouvoir l’intégration dans la vie locale. Gembloux est une commune hospitalière où chacun a sa place, quel que soit son parcours de vie ou les origines. Ces actions s’inscrivent, quelque part, dans la continuité de ce que Gembloux a connu pendant la crise où il y a eu toute une mobilisation pour aider ceux qui étaient dans le besoin. Tout cela témoigne du dynamisme associatif local ».

Notre sélection vidéo
Aussi en PROVINCE DE NAMUR