Cinq pays appellent à une juste répartition dans l’UE des flux migratoires

Cinq pays appellent à une juste répartition dans l’UE des flux migratoires

L’Espagne, l’Italie, Chypre, Malte et la Grèce (MED5) se sont entendus pour « réclamer à l’Union européenne que la politique migratoire commune soit basée sur une répartition équitable des responsabilités entre États membres ».

Cela passera par la mise en place d’un « mécanisme prévisible et obligatoire de relocalisation pour les États qui doivent faire face aux arrivées (…) en raison de leur situation géographique », souligne le communiqué commun diffusé par l’Espagne, hôte de la réunion.

La Pologne, la Hongrie et la République tchèque, par exemple, ont refusé d’accueillir des migrants lors de la vague de 2015 provoquée en grande partie par la guerre en Syrie.

« Notre voix et notre vision doivent non seulement être prises en compte, mais devenir centrales dans la politique européenne », a déclaré à la presse le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les départs de migrants, les interceptions et les arrivées en Méditerranée centrale sont en augmentation cette année.

Au moins 1.113 personnes sont mortes en Méditerranée au cours du premier semestre 2021 en tentant de gagner l’Europe, selon l’OIM dont le rapport 2020 estimait à 17.000 le nombre de décès liés à ces traversées clandestines entre 2014 et 2018.

SOS Méditerranée assure de son côté avoir secouru plus de 34.000 personnes depuis février 2016, d’abord avec l’Aquarius, puis avec l’Ocean Viking.

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde