Thomas Dermine veut investir dans la rénovation des bâtiments

Thomas Dermine veut investir dans la rénovation des bâtiments
Belga Image

Un besoin énorme d’investissements, des procédures d’appel d’offres et d’autorisation interminables, une pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la construction… il reste beaucoup à faire pour que les bâtiments et les infrastructures obsolètes de la Belgique soient rapidement prêts pour un avenir neutre sur le plan climatique. Le gouvernement et le secteur privé doivent unir leurs forces, estime le secrétaire d’État à la relance et aux investissements stratégiques Thomas Dermine (PS). « À chaque moment important de l’histoire de notre pays, nous avons uni nos forces. »

En collaboration avec la Commission européenne, Dermine organise un événement de deux jours à Bruxelles, mercredi et jeudi, sur la mobilisation des financements publics et privés pour accélérer les investissements dans les bâtiments et les infrastructures. La transition vers la neutralité climatique l’exige : pour faire baisser les émissions, il faut injecter des fonds massifs, notamment dans les réseaux d’hydrogène, de gaz et d’électricité, les infrastructures cyclables, la navigation intérieure, les voies intelligentes et la rénovation des bâtiments.

En Belgique, les bâtiments sont à eux seuls responsables de quelque 18 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre. La bonne nouvelle : contrairement à la suppression des voitures de fonction, par exemple, la rénovation des bâtiments énergivores suscite peu de résistance politique, note M. Dermine. Pourtant, à peine un pour cent des bâtiments sont rénovés chaque année, alors que le taux de rénovation devrait être de trois pour cent. « C’est un peu une catastrophe », dit-il.

Il faut trouver 13,4 milliards d’euros

Pour faire face au sous-investissement, la Belgique s’est fixé l’ambition de porter l’investissement public à 3,5 % du PIB d’ici 2024. En pratique, cela signifie qu’il faut trouver 13,4 milliards d’euros. La Belgique peut déjà compter sur près de 6 milliards d’euros du Fonds européen de relance Corona et, dans le plan belge, Dermine en a réservé environ la moitié pour des projets d’infrastructure. En outre, environ la moitié des investissements du plan belge servent l’objectif climatique. En outre, on compte sur les efforts des États fédérés et sur le fonds de transformation mis en place par le gouvernement fédéral.

Mais le capital et l’expertise du secteur privé doivent également être pleinement utilisés. Ainsi, le gouvernement a récemment lancé un projet pilote (DRFM) visant à impliquer des partenaires privés dans le financement et la réalisation de la rénovation énergétique des bâtiments publics à l’Administration des bâtiments publics, à la SNCB et à la Défense. Cela se fait par le biais de contrats de performance énergétique et de partenariats public-privé. Cependant, les ateliers préparatoires et les séminaires ont montré que beaucoup peut encore être fait pour améliorer la coopération entre le public et le privé dans le financement des bâtiments climatiquement neutres : dans la définition des appels d’offres et dans le processus d’autorisation, par exemple, ou dans le déploiement des prêts hypothécaires verts…

Dans tous les cas, il est important de passer à la vitesse supérieure et de faire en sorte que les fonds circulent le plus rapidement possible. « S’il y a quelque chose qui m’empêche de dormir la nuit, c’est ça », déclare Dermine. « Plus vite nous investissons, plus grand sera l’impact ». La Belgique a déjà reçu une première tranche de 770 millions d’euros du Fonds européen de relance économique, mais tous les décaissements ultérieurs sont liés à la réalisation d’étapes et d’objectifs spécifiques. D’ailleurs, l’Europe ferme déjà le robinet en 2026. Entre-temps, le secteur de la construction est aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre et la reconstruction après les inondations en Wallonie s’ajoute à la liste. « La reconstruction est la priorité. Les besoins sont énormes. C’est la première chose que nous devons faire », déclare le secrétaire d’État.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)Région wallonne
Aussi en Politique