Diamond League: Fraser-Pryce devance Thompson-Herah sur un 100 m bouillant à Lausanne

Diamond League: Fraser-Pryce devance Thompson-Herah sur un 100 m bouillant à Lausanne
EPA

Après avoir été dominée presque toute la saison, notamment aux Jeux Olympiques, Shelly-Ann Fraser-Pryce a pris sa revanche sur Elaine Thompson-Herah jeudi à Lausanne (Suisse) sur 100 m avec le temps canon de 10.60, la 3e performance de tous les temps.

Les deux sprinteuses jamaïcaines ont livré un duel de feu sur 100 m, une nouvelle fois proche du vieux record du monde de l’Américaine Florence Griffith-Joyner (10.49 en 1988).

Elaine Thompson-Herah avait dominé toute la saison avec un incroyable triplé aux Jeux Olympiques de Tokyo (100, 200 et 4x100 m) et surtout des chronos canons jusqu’à ses 10.54 réussis samedi aux Etats-Unis, la 2e performance de tous les temps.

Fraser-Pryce, 2e à Tokyo, lui a répondu jeudi en la dominant du début à la fin de la course remportée en 10.60 (+1,7 m/s de vent), le 3e chrono de l’histoire, juste devant sa compatriote (10.64).

La double championne olympique de la ligne droite (2008 et 2012) a donc encore réussi à améliorer son meilleur chrono à 34 ans, capitalisant sur un départ étourdissant, sa spécialité.

« J’ai eu de très bonnes sensations, je suis heureuse d’avoir été capable de faire ça. J’ai continué à bien travailler course après course, j’ai cru en moi et ce soir je repars avec un record personnel. Je savais que j’en étais capable même si le vent ce soir était très frais », a-t-elle apprécié.

« Mon corps est fatigué après une longue saison et surtout après avoir battu mon record quatre fois en un mois. Je n’avais pas pour idée avant de m’approcher autant du record du monde. Je vais continuer à bien travailler pour finir fort cette saison », a promis pour sa part Thompson-Herah.

Les deux rivales, qui se sont longtemps entraînées ensemble au MVP Track club de Kingston (quitté en 2020 par Fraser-Pryce), se retrouvent dès samedi à Paris sur la ligne droite pour un nouveau duel explosif en mesure de menacer le record du monde de la sulfureuse « Flo-Jo », longtemps jugé imbattable.

Resté dans l’ombre de la légende Usain Bolt pendant une décennie, le sprint féminin vit une période d’exception, porté par deux athlètes hors norme (14 médailles olympiques à elles deux) et l’arrivée des chaussures nouvelle génération depuis quelques mois qui contribue à améliorer les chronos.

De l’autre côté du stade, la Vénézuélienne Yulimar Rojas est passée proche d’améliorer son record du monde au triple saut, établi début août aux Jeux olympiques de Tokyo (15m67).

Poussée par le clap enthousiaste de la foule dans un contraste saisissant avec le triste huis clos japonais, elle a sauté à 15m56 (trop ventés, +3,5 m/s) puis à 15m52 (+0,6 m/s), le 2e meilleur saut de l’histoire.

Aussi en Athlétisme