Ce qu’il faut retenir de la 15e étape du Tour de France

Vidéo
AFP
AFP

Si l’arrivée en terre andorrane était jugée dans la vallée, le Port d’Envalira, toit de ce Tour 2021, et l’ascension finale du Col de Beixalis offrait un terrain de jeu fabuleux pour les grimpeurs, une galère programmée pour les autres.

Provoqué par Thomas De Gendt, l’échappée du jour allait finalement compter 32 hommes dont Alaphilippe, Gaudu, Dan Martin, Nibali, Poels, Quintana, Valverde, Woods et 3 Belges : De Gendt, Teuns et van Aert. Au sommet de la Montée de Mont Louis, un sprint pour le classement de la montagne voyait Poels devancer van Aert et Woods. En difficulté dès le départ, Bouhanni lui, abandonnait prématurément.

Sous la conduite des coureurs de la FDJ, l’écart dépassait les 10 minutes. Van Aert franchissait en tête le Col de Puymorens devant Poels et Woods, preuve que le maillot à pois suscite les convoitises. Alors que le peloton accélérait sous l’impulsion de Movistar et Ineos, les Trek haussaient le tempo devant. Un démarrage de Woods faisait exploser le groupe mais c’est un Quintana ressuscité qui s’envolait dans le Port d’Envalira, basculant avec quelques secondes d’avance sur van Aert.

Le Colombien repartait dès le pied de Beixalis mais cédait rapidement et c’est Kuss qui prenait les commandes sur son terrain d’entraînement. Parmi les favoris, les différentes banderilles d’O’Connor et Uran notamment ne donneraient rien, Pogacar contrôlant ses adversaires. Devant, de bonnes trajectoires témoignaient d’une belle descente finale de Kuss qui s’en allait chercher le plus beau succès de sa carrière dans les rues d’Andorre, résistant au retour de l’inusable Valverde.

Mis sous pression mais serein dans la défense de son maillot jaune, Tadej Pogacar effectue plutôt une bonne opération, son premier dauphin, Uran, se trouvant de nouveau à plus de 5 minutes.

L’homme du jour

Natif du Colorado mais résidant à Andorre, Sepp Kuss incarnait donc le régional de l’étape. S’imposer en solitaire représente donc le plus beau des cadeaux qu’il pouvait s’offrir. Après un début de Tour difficile, celui qui venait servir les intérêts de Roglic a pleinement saisi l’opportunité offerte, confirmant que Jumbo-Visma a su modifier avec bonheur sa manière de courir.

L’équipe du jour

La FDJ et Trek ont affiché leurs ambitions à l’avant, Ineos a également fourni des efforts au sein du groupe des favoris mais c’est sans aucun doute les Jumbo-Visma qui trouvaient les motifs de satisfaction les plus évidents à l’arrivée : le bouquet du jour de Kuss, un podium provisoire retrouvé pour Vingegaard et un Van Aert combatif du jour et candidat au maillot à pois.

Le Belge du jour

Membre de l’échappée, Wout van Aert n’a pas ménagé ses efforts au profit de ses équipiers, Kruijswijk et Kuss. Au four et au moulin, le Champion de Belgique a aussi disputé avec un certain succès les sprints pour les points du classement de la montagne. À l’arrivée, outre le sentiment du devoir accompli, un prix de la combativité récompensant ses efforts et son altruisme, même s’il l’a davantage mérité à Malaucène.

Le battu du jour

Guillaume Martin a perdu une bonne part du gain engrangé samedi (5.25). Lâché dans la descente du Port d’Envalira, le coureur Cofidis n’a pu recoller et concède près de quatre minutes. Le revoilà de nouveau 9e du classement général. S’il n’a pas dit son dernier mot, les rêves de podium pour un coureur français en ont pris un coup.

Le chiffre du jour

18. En terminant deuxième à Andorre, Alejandro Valverde a de nouveau démontré que le poids des ans ne pèse pas sur sa motivation. Au sommet du Port d’Envalira, il se sera souvenu qu’il y avait décroché son premier succès sur un grand Tour, la Vuelta en… 2003, voici presque 18 ans !

L’image du jour

Aussi en Tour de France