Bientôt des logements d’urgence pour personnes LGBTQI+ à Namur

La communauté avait manifesté récemment contre la discrimination à Namur.
La communauté avait manifesté récemment contre la discrimination à Namur. - Belga

La secrétaire d’Etat à l’Egalité des genres, des chances et à la Diversité Sarah Schlitz a inauguré ce mercredi deux appartements qui serviront de lieux de refuge pour personnes LGBTQI+ à Verviers. Ces hébergements permettront aux jeunes qui fuient leur famille ou qui ont été rejetés par celle-ci de bénéficier d’un abri afin de faciliter leur intégration dans la société. Le premier est opérationnel depuis le 1er juin, le second le sera en juillet.

Avec les confinements et la pandémie, les tensions au sein des familles se sont renforcées et des demandes de plus en plus fréquentes de personnes en détresse sont apparues vers les structures d’accueil. Pour la secrétaire d’Etat, il devenait donc essentiel de créer des places d’urgence pour ces personnes. « Lorsque j’ai pris conscience de cette situation, j’ai décidé de porter au sein du gouvernement un projet de création de places supplémentaires de refuge dans les trois régions du pays. J’espère qu’elles pourront être pérennisées par la suite, parce que la demande est là », a commenté Sarah Schiltz (Ecolo).

En plus des deux places à Verviers, d’autres vont être créées dans diverses villes du pays : à Charleroi, Namur, Bruxelles mais aussi en Flandre. Le refuge de Liège va par ailleurs être renforcé.

« C’est un combat de tous les jours qui se concrétise aujourd’hui par un constat d’échec, on ne peut pas se réjouir que des refuges existent car c’est la preuve que notre société stigmatise encore la différence », a rappelé de son côté le président d’Arc-en-Ciel Wallonie Cyrille Prestianni, « mais nous sommes fiers aussi car ce projet de refuge est un vieux projet ».

En ce qui concerne la Ville de Verviers, une convention de trois ans a été signée entre l’asbl LOGEO, l’agence immobilière sociale, et Arc-en-Ciel Wallonie, fédération wallonne des associations LGBTQI+, qui se coordonneront pour assurer l’accompagnement technique et social des occupants, précise l’échevinat de Sophie Lambert (PS). C’est Arc-en-Ciel Wallonie qui se chargera de répercuter le paiement du loyer à celui ou celle qui bénéficiera du logement. Une personne est déjà en passe d’intégrer ce tout nouveau refuge.

Ce programme s’adresse aux jeunes adultes dont l’âge est compris entre 18 et 26 ans, mais des dérogations sont possibles, par exemple pour des mineurs d’âge en danger. Le subside de 300.000 euros court jusqu’au mois de novembre puis la Maison Arc en Ciel devra assurer avec ses propres moyens l’encadrement. Les personnes dans le besoin peuvent contacter l’association via sa page Facebook.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en PROVINCE DE NAMUR