Une rave party de 500 personnes à Fenffe (Houyet) stoppée par la police

La rave party s’est déroulée sous le pont de l’autoroute E411 à Fenffe.
La rave party s’est déroulée sous le pont de l’autoroute E411 à Fenffe. - Google Street View

Dans la nuit de samedi à dimanche, les habitants de Custinne (Houyet) et de Mont-Gauthier (Rochefort) ont été réveillés par de la musique, aux alentours de 2h du matin. Alertée, la police locale est descendue sur les lieux : sous le pont d’autoroute à Fenffe. Ils sont alors tombés sur une rave party d’environ 500 fêtards. « Tout le pont sous l’autoroute était occupé, avec musique, alcool et tout ce qui s’en suit », commente Pierre Jacobs, le chef de corps de la zone Lesse et Lhomme.

La police fédérale est arrivée en renfort, juste après une intervention assez similaire sur la place Flagey à Bruxelles. « Il y avait une dizaine de policiers de la zone locale et un renfort fédéral d’une vingtaine d’hommes. » Les forces de l’ordre ont d’abord tenté de négocier et d’établir un contact avec un éventuel organisateur mais cela était impossible. « La police a dû intervenir car il y avait trop de rébellions. Les personnes ont fait un cordon devant la sono », explique la bourgmestre Hélène Lebrun, qui s’est rendue sur place dans la nuit.

« Ça a pris une proportion violente. Il y a eu des jets de pierres, des jets de bouteilles. Quatre policiers de la police fédérale ont été blessés », révèle le chef de corps. Un individu, né en 1993, a été arrêté et privé de liberté pour avoir blessé un des policiers. Des p.-v. Covid ont également été rédigés, ainsi que sept p.-v. pour rébellion, même si « l’interpellation de quiconque était compliquée dans ce contexte », avoue Pierre Jacobs.

De son côté, le parquet de Namur « poursuivra avec la plus grande fermeté possible pour violence contre la police ».

Un endroit bien connu

« C’est un endroit connu pour ce genre de rassemblements. Il y a déjà eu une rave party auparavant. C’est isolé mais comme c’est en cuvette, ça résonne pas mal jusque sur les hauteurs de Custinne et de Mont-Gauthier », précise la bourgmestre.

Selon elle, les jeunes, âgés entre 20 et 35 ans, ne s’étaient pas rassemblés dans le même esprit que la Boum. « Ils n’étaient pas là pour protester contre les mesures sanitaires, mais il y avait quand même un esprit de rébellion contre la police. Certains crachaient sur les policiers. Au niveau sanitaire, ils étaient nombreux à ne pas porter le masque », déplore-t-elle.

« Dans les plaques d’immatriculation, c’était essentiellement des Belges, mais il y avait aussi des Hollandais. Ça parlait beaucoup néerlandais. Mais ils venaient de partout : il y en avait de Waterloo, de Viroinval, etc. Il s’agissait en majorité de jeunes de 20 à 35 ans », ajoute Hélène Lebrun.

À 8h30 ce dimanche, tout le monde était reparti. Certains jeunes ont procédé au nettoyage du site. De nombreux bris de verre jonchaient le sol. La bourgmestre a demandé aux pompiers de passer pour nettoyer l’endroit.

COLLEEN TORDEUR

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers